.


En écho à l'exposition d'Etienne Krähenbühl, le Cabanon présente "Résonance", exposition pour laquelle les artistes vaudois Jean-Yves Piffard et Anne Laure présentent trois installations d'art environnemental aux abords du pont de la Chamberonne, près du Château de Dorigny. L'esprit ludique de ces installations attise la curiosité du passant qui, entre deux rives, est appelé à poser un regard nouveau sur ce qui l'entoure au quotidien. Le pont étant symboliquement perçu comme un moyen de passage, un espace de transition, il participe activement à l'ensemble de l'exposition. Les installations se répondent dans une réflexion sur le dévoilement, l'introspection et sur notre rapport à la nature. Une exposition entre ciel et terre, entre art et conscience. Au coeur du campus de l'Université de Lausanne, les installations de Résonance proposent un espace où résonner et raisonner se répondent.

Commissaires d'exposition : Gabrielle Boder et Iréna Pandazis


Installation n°1 « Miroir»


Installation composée de 40 miroirs montés sur des supports et implantés dans le terrain. Les miroirs ont des angles d’orientation différents et sont au ras du sol.

Si l’on prend un instant pour s’arrêter sur la passerelle et regarder les miroirs, on se voit, on voit le paysage se fondre dans le paysage. C’est le moment des questionnements, qui sommes-nous réellement, que faisons-nous de notre vie… C’est un rappel que notre monde est une image et une création et que chaque regard porte une vision différente en fonction de la conscience qu’il a de la connaissance et de ses raisonnements. Nous pourrions dire que cette installation touche la partie plus intellectuelle de notre être.











Installation n°2 " Jeu de son"

Suspension sous la passerelle d'environ 300 pièces en argiles qui sont en formes de disques, de cylindres, de rectangles, de tailles différentes. Elles ont été réalisées et cuites (construction d’un four en papier) par les artistes.

Les sons sont un clin d’œil à l’artiste Etienne Krahenbühl, en résonance avec son exposition à l’intérieur de l’UNIL (le cabanon).  Ces éléments suspendus représentent la partie invisible au premier abord, ils font appel à un autre sens, celui de l’écoute. C’est la partie cachée qui émerge de l’eau, comme des cocons. Ils se balancent dans le vent et avec le mouvement de l’eau, attire le passant à regarder autrement, à chercher et à découvrir ce qui est caché. Cette installation est également en résonance avec les éléments de la nature. (Nous pourrions dire que cette installation touche la partie plus émotionnelle de notre être).











Installation n°3 « l’homme et la femme »


Dans la rivière visible en amont de la passerelle. une grande toile sur laquelle est photographié un homme et une femme à chaque extrémité de la toile. Leurs corps sont nus, mais extrêmement pudique. La photographie est retravaillée par un recouvrement de sa surface avec de l’argile, des pigments naturels et de la colle d’amidon comme liant, qui s’estomperont avec le frottement de l’eau sur la toile. Peut-être les corps seront-ils dévoilés, peut-être pas, peut-être le seront-ils en partie seulement.

Cette image représente l’homme et la femme vivant en harmonie avec la nature, sans honte de leur corps, dans la recherche et la découverte des mystères de la vie. C’est également un clin d’œil à l’histoire de l’art (positions des corps comme dans certains tableaux de la renaissance avec Michel-Ange et Léonard de Vinci). L’homme montre la femme du doigt comme origine de sa venue sur terre, la femme elle, montre soit le ciel, soit le lieu d’origine..la source, comme résonance de la connaissance. (Nous pourrions dire que cette installation touche la partie plus sensuelle de notre être).














La rivière est un être vivant et réactif...un orage passe et l'eau en abondance nous emporte dans sa force, son énergie et nous voilà nus et fragiles, face à notre destin...vulnérables.









La construction du four pour la cuisson des pieces de céramiques






Photographies, conception et réalisation du Blog Jean-Yves Piffard
Février 2012